American Housewife – Helen Ellis – Editions de La Martinière

Quand on a vu la couverture du livre American Housewife pour la première fois, on a su qu’il fallait à tout prix le lire. Cette couverture rose bonbon et ce titre très évocateur nous a tout de suite fait penser à un univers pictural que l’on adore : celui des illustrations de Gil Elvgren.

La parfaite pin-up américaine, nous aimons l’imaginer comme Betty Draper (série TV Mad Men) ou comme Bree Van Der Kamp (série Desperate Housewife), résolument prisonnières de leur apparence, sagement policée. Heureusement, tôt ou tard le miroir aux alouettes se brise et nos femmes au foyer deviennent de parfaites « drama queen ».

American Housewife d’Helen Ellis

Ce recueil de nouvelles American Housewife écrit par Hellen Ellis et publié aux Editions de la Martinière nous donne l’opportunité de gratter ce vernis social et d’entrer dans la vie de plusieurs femmes. Sous les apparences bien soignées, nos chères américaines coquettes cachent bien des secrets. Le trouble et les aspérités les rendent iconiques pour notre plus grand plaisir.

Avoir cet opus entre les mains revient à passer des moments de détente entre suspense et humour. La plume est mordante tout en restant élégante. On aime le style d’écriture simple, efficace et l’intrigue fascinante. Sous le divertissement et l’amusement, se cache un vrai portrait sociétal de la femme américaine et des clichés dans lesquelles elle peut parfois s’enfermer. Ah, notre délicieuse bourgeoise de l’upper east side, pauvre petite femme riche, victime de son envie d’exceller dans tous les domaines !

Douze histoires au total, pas une de plus et quel dommage ! On aimerait en parcourir des centaines tant la complexité des profils psychologiques dépeints est trébuchante. Nous dirions que cet ouvrage est sans conteste frivole à souhait car il est subtile dans sa légèreté et déjanté dans sa profondeur.

Il y a du mystère, des situations loufoques, des comportements honteux : tout cela est digne d’un soap opera mais avec une dimension psychologique plus fine et grinçante.

American Housewife ne dessine pas le portrait de femmes creuses et sans intérêt, on les découvre plutôt fourbes et dangereuses. Attention à ne pas vous mettre en conflit avec elles, chantages, insultes, menaces, snobisme, névrose, cruauté, vénalité, mauvaises langues : la liste de leurs coups bas est longue.

Paris Frivole a adoré pénétrer les portes de leurs immeubles, de leurs chambres à coucher, de leurs clubs de lecture… Ces reines mondaines très entourées se retrouvent en fait bien seules, une fois les portes de leur royaume fermées.

Nota bene : Helen Ellis, auteure de cet opus vit elle-même dans l’Upper East Side avec son mari, cela explique peut-être la justesse de sa plume et son ton acerbe plus vrai que nature.

 American Housewife – Helen Ellis – Editions de La Martinière

 

Article Suivant:
Article Précédent:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>