Gerbe – collants, bas et bas-jarretières

Collants, bas et bas-jarretières sont devenus au fil du temps des apparats très prisés des élégantes. Fuselées et galbées sous un voile délicat, les jambes se laissent prendre au trompe-l’œil d’une séduction de haute voltige. Juchées sur des talons tantôt vertigineux, tantôt minimalistes, celles-ci s’affichent fièrement. Le nylon vient esquisser les contours du coup de pied, des mollets, des genoux et des cuisses. Sous une jupe ou une robe, nul ne sait s’il s’agit de bas ou de collants. Le mystère demeure entier. Hardiment dissimulée sous ces merveilles opaques ou transparentes, la peau peut se réjouir d’apparaître délicatement masquée et merveilleusement dévoilée.

Sublimer les jambes de la femme : telle a été l’ambition des grandes maisons françaises. En 1904, durant les grandes heures du Paris Frivole que nous chérissons tant, au lendemain de l’exposition universelle, des travaux exceptionnels de Gustave Eiffel et du quart d’heure de gloire des cocottes de la Belle Epoque, Gerbe vit le jour. En 1914, les ateliers Gerbe étaient en marche avec une centaine d’ouvrière prêtes à coudre et à en découdre avec la mode française. En 1925, la société se modernise, 10 ans plus tard, Gerbe lance le tout premier bas appelé « Bas Carnation », tricoté sur une machine rectiligne avec une couture arrière, ce bas est l’emblème de la fabrication artisanale. Il s’agit d’un incontournable de l’époque car symbole de l’élégance française de l’après-guerre. Au fil des années, les collections s’étoffent et la maison brille par son extrême modernité. En 1950, elle crée le bas-voile 7, le bas le plus fin au monde en son temps. En 1951, c’est la consécration, la Maison de Haute-Couture parisienne Christian Dior, donne l’exclusivité Gerbe pour la création de ses bas et plus tard de ses collants. Cette collaboration durera pendant 50 ans.

Paris Frivole a eu à cœur de vous présenter cette maison qui ne cesse de faire l’actualité avec ses collections audacieuses, impertinentes, et si frivoles. Gerbe cultive son ADN française en offrant des bas et des collants de qualité suprême avec des designs à la pointe de l’avant-garde.

MYXJ_20181126170138_save

 Le collant sensualité de la maison Gerbe a été l’un de nos coups de cœur… Cette création originale est un résille de couleur bleu, revisité avec une baguette arrière. Ce détail exprime l’inspiration rétro chère aux pin-ups des temps modernes. 

MYXJ_20181126184756_save

Comme à son habitude, la maison cultive l’art du détail avec une ceinture ultraplate sans coutures, un gousset en soie et des pointes renforcées.

MYXJ_20181126170227_save

L’avis de Paris Frivole : les bas et les collants Gerbe sacralisent les courbes féminines avec beaucoup de justesse et donnent une allure racée à nos tenues les plus sobres. On aime cette maison à fort patrimoine historique qui a sublimé les jambes des femmes les plus avisées.

Crédit photoJean-François Huart (JFH.Photos) http://jf-h-photos.fr/

Remerciement à Jean-François Huart, un artiste talentueux qui aime photographier celles qu’il appelle « les petites Parisiennes ». Chacune de ses expositions est attendue avec impatience. Il capte avec aisance la sensualité des femmes et apprécie tout particulièrement l’univers vintage.

 

 

Article Suivant:
Article Précédent:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>