La Parisienne et l’agriculteur – L’amour est dans le pré

Après avoir fait le tour de la population mâle de la ville lumière et constaté que la perle rare était en voie d’extinction, la Parisienne a commencé à réfléchir autrement. Elle voit tous ses cousins de province se marier et filer des jours heureux à la campagne, tandis que sur le bitume tout gris, elle demeure. Et si l’amour était dans les Prés et non tout près comme elle l’espérait ?

Alors elle se dit que peut-être la vie est plus belle au vert, sans la pollution, sans le métro, sans la surconsommation, sans l’indifférence sophistiquée des Parisiens, éternels insatisfaits.

Le Paysan est un hipster qui a tout compris : près de la nature, il cultive les bonheurs simples. Rien ne le réjouit plus qu’une femme dans sa vie. La Parisienne, réputée pour être compliquée rêve de simplicité… On dit que l’herbe est plus verte ailleurs, et le vert tendre tout droit venu de la campagne subjugue. Une nouvelle vie et un nouveau départ dans un milieu authentique est considéré comme une détox végétale snob à souhait. La Parisienne aurait-elle un engouement passager ?

Impossible de ne pas parler de la célèbre émission L’Amour est dans le Pré, qui fait hurler de rire les Parisiens et fait pleurer à chaudes larmes en secret les chaumières. Chaque année on voit débarquer avec leurs gros sabots des femmes de la ville qui ont plus l’air de vouloir s’offrir des vacances en plein air par la production que de chercher l’amour. Pas toutes, bien sûr et heureusement, car de nombreux mariages en ont découlé et ça fait vraiment chaud au cœur.

Toujours est-il que ces femmes des grandes villes nous agacent, elles ne supportent pas les odeurs, ont peur de se casser le bout des ongles avec les innombrables activités physiques, font des caprices et ne savent pas s’adapter. Cela nous fait penser à Paris Hilton et Nicole Richie qui arpentaient il y a 10 ans les régions profondes de la campagne américaines en assumant leur dégoût pour la vie rurale dans l’émission The Simple Life.  Aussi méprisantes qu’amusées, elles se trouvaient également désemparées dans un mode de vie dont elles ignoraient l’existence. L’amour à la ferme : pourquoi pas ? Mais à quel prix !

L'amour est dans le pré - The simple life

Alors c’est beau de rêver d’une vie à la campagne, encore faut-il être prête à faire des concessions. Passer d’une vie active et sociale intense et se retrouver en pleine cambrousse dans un environnement plus ou moins rude, cela ne fait pas partie du tableau idyllique que les citadines ont dressé.

Elles se voyaient en Belle des champs gambader à travers les prés avec de jolies nattes, une robe champêtre, un panier en osier rempli de fleurs – un peu comme Heidi – et courir après le sex-appel torride du fermier au physique de Cow Boy américain… En réalité elles se retrouvent à traire les vaches et à faire un tour de tracteur avec un Jacky ventripotent ventant les mérites du composte et de la fiente de poule. Elles qui rêvaient de vivre d’amour et d’eau fraîche, se retrouvent à chipoter devant du gros rouge qui tache accompagné d’un bon Cassoulet.

Vivre à la campagne est un concept à la mode qui surfe sur la tendance du bio, de la détox, du retour aux sources mais les Parisiennes doivent garder en tête que la mode se fait et se défait. Elle se démode, on s’en lasse et on la zappe et ce n’est pas ainsi que l’on doit appréhender le cœur de nos agriculteurs.

 

Article Suivant:
Article Précédent:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>