L’amour à la machine

Si les hommes peuvent potentiellement défiler dans vos vies à une vitesse de croisière, c’est aussi parce que certaines adeptes du zapping acceptent le changement. Elles savent tourner la page.

Certaines sentimentales n’acceptent pas le fait que l’histoire d’amour vire au gris… Elles ne peuvent se résoudre à passer à autre chose. Laver leur linge sale en public ? Très peu pour elles… Quand une histoire d’amour en vient à sa fin, elles choisissent de le passer à la machine… Alain Souchon le chantait si bien…

« Passez notre amour à la machine
Faites le bouillir
Pour voir si les couleurs d’origine
Peuvent revenir
Est-ce qu’on peut ravoir à l’eau de Javel ?
Des sentiments
La blancheur qu’on croyait éternelle
Avant »

La couleur ne reviendra peut être jamais mais elles auront utilisé la méthode ultime pour remuer les idées dans un sens et dans l’autre… Elles auront fait mousser leur tristesse et leur nostalgie… Elles auront repassé leurs sentiments, fait sécher leurs larmes… Nettoyer les pêchers, amoindrir les tâches noires…

L’amour est malmené, il fait l’objet d’une remise en question destructrice mais vitale… Un amour ne peut pourtant pas être tout blanc, il faut l’accepter avec ses imperfections. Ainsi, l’intolérance mène à un jeu de roulette russe. Ca passe ou ça casse…

l'amour à la machine - paris frivole

Elles espèrent retrouver le sentiment apaisant que l’alchimie des couleurs procure, le bonheur de s’envelopper dans un confort sans nom…

Les concessions ne les effraient pas, elles n’hésitent pas à passer leur amour à la machine à coup de lessive décapante et d’adoucissant. C’est bien là que se joue la dernière chance.

Se remet-on d’un amour mit à la machine ? 

Article Suivant:
Article Précédent:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>