Les années Vogue de Robert Doisneau – éditions Flammarion

Les mondanités, la mode et le monde de l’art sont frivoles par essence car ils ont pour but de distraire, de faire rêver et d’égayer nos existences. Nombreux sont les personnages fantasques que l’on croise dans ces cercles fermés. Véritable miroir aux alouettes, les apparences sont reines. Perdu dans cette contemplation trépidante et submergé par des émotions irrationnelles, le photographe – l’admirateur invétéré, peut capturer des instants hors du commun. Ce fut le cas de Robert Doisneau et cela fait l’objet d’un somptueux opus publié aux éditions Flammarion « Robert Doisneau / Les années Vogue« .

L’illustre photographe a passé près de 3 ans à Vogue, période de faste, d’opulence et de paillettes, aussi crépitantes qu’éphémères… Heureusement, les clichés du maîtres on pu immortaliser ces épisodes frivoles et nébuleux. L’œil de l’artiste parvient à nous livrer un témoignage de ces bals, banquets, réceptions et scènes de vie bourgeoise où le raffinement prenait tout son sens.

Le lecteur se retrouve alors dans l’indiscrétion de ces moments volés, commandités par le célèbre magazine de mode qui dit-on, était friand des interminables reportages et des quantités astronomiques de clichés.

L’ouvrage reprend des citations mordantes de contemporains ayant côtoyé de près ou de loin Robert Doisneau. Paris Frivole se délecte donc de vous citer Edmonde Charles-Roux (1994) : « Bals suivis de soupers fabuleux, robes « faites pour » et revêtues une seule fois, souliers brodés d’or par Roger Vivier et oubliés au fond d’un tiroir aussitôt portés, divertissements somptueux assurés par les plus célèbres espoirs du moment »…

Ces quelques mots édifiants mettent en lumière cette insouciance, cette nonchalance et ce luxe tout assyrien d’un après-guerre prêt à oublier son passé pour sourire à l’avenir.

Les années Vogue de Robert Doisneau - éditions Flammarion

Dans ses photographies, Robert Doisneau aimait révéler le talent des grands couturiers, le charisme des acteurs, l’émotion des danseurs, le savoir-faire des artisans du spectacle et l’élégance de l’aristocratie… Il parvient à travers ses années Vogue à dépeindre des scènes de vérité où la mode et la frivolité résonnaient comme un art de vivre inhérent.

Brigitte Bardot, Jeanne Moreau, Colette, Simone Signoret, Yves Montand, Arletty, Jean Paul Sartre, Pierre Brasseur, Picasso, Juliette Gréco, Jean Cocteau, Jean-Paul Belmondo, Hélène et Marcel Rochas, Jacqueline de Ribes, Niki de Saint Phalle ont percuté l’oeil de l’artiste qui avait un radar pour repérer le talent.

L’avis de Paris Frivole : « Robert Doisneau / Les années Vogue » est un ouvrage d’une poésie infinie. Outre l’esthétisme incontestable des clichés et l’œil affûté du photographe, l’intérêt de cet opus réside dans la recomposition des fragments d’une époque révolue. Le lecteur rêve à loisir face à ces scènes mondaines aussi théâtrales qu’euphoriques… 

 

Article Suivant:
Article Précédent:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>