Une vie exemplaire – éditions de la Martinière

La trame d’un thriller façon Dexter et l’approche sans appréhension de la mort de Dr House, le profil de sociopathe de Patrick Bateman dans « American Psycho »et l’esprit méthodique de John Doe dans « Seven » : les portraits de serial killers sur petits et grands écrans nous donnent du fil à retordre. Décortiquer ces esprits tourmentés et tortueux est une partie de plaisir pour les spectateurs avides de suspense… Aussi, la littérature devient un terrain de jeu pour laisser son imagination dessiner les scènes et les décors grâce aux lignes évocatrices…

Paris Frivole vous recommande la lecture d’Une vie exemplaire de Jacob M. Appel publié aux éditions de la Martinière. Cet ouvrage narre la vie de Jeremy Balint, un brillant cardiologue de 34 ans, père de deux petites filles. Sa vie remarquable et son parcours sans faute se retrouvent entacher par la double vie de sa femme avec un collègue. Le protagoniste garde son sang froid, ne s’emporte guère dans la colère. Au fil du temps, il va prévoir méticuleusement son plan d’attaque en poursuivant une vie en apparence normale. Patience, calme et précision sont les maîtres mots de sa démarche… Hélas, ce déclic dans sa vie (la haine de son rival) donne lieu à une série de meurtres. Il signe alors chacune de ses victimes d’un ruban vert laissé à côté d’elles…

Une vie exemplaire - éditions de la Martinière

Voici 3 angles à retenir de ce livre :

Un profil psychologique perturbant

Personne ne pourrait soupçonner Jeremy Balint… Sa vie rangée de médecin accompli, de père de famille aimant et d’homme bien sous tout rapport cache en fait un clivage sociopathe. L’auteur parvient à nous faire entrer dans la peau du personnage pour comprendre avec un semblant de réalité bluffant les méandres de cet esprit qui ne cherche pas à éradiquer son penchant pour le meurtre. 

Jacob M. Appel a exercé la psychiatrie à New-York et il ne fait nul doute que son expérience lui ait servi à l’écriture de ce roman. Les démons du personnage principal prennent le pas sur lui avec une harmonie déconcertante. Sa vision du monde, de la mort et du vice transcende les codes des serials killers que le grand public a l’habitude de côtoyer dans la littérature et le cinéma. 

Une suspense haletant

L’élimination de l’amant de sa femme va être orchestré de manière magistrale. Au fil des pages, le lecteur se rend compte qu’il a sous-estimé la gravité du cas. Tel un poison, la rancoeur de Jeremy Balint va se distiller dans ses veines pour exalter un instinct meurtrier. Ce roman fait perdre pied et emmène le lecteur loin des sentiers battus.

Une plume aussi méthodique que son personnage principal

Dès les premières pages, la fluidité du texte rend la lecture du roman agréable. L’auteur ne manque pas un détail et se plait à imiter l’esprit réfléchi, méticuleux, organisé, logique et géométrique du protagoniste. Rien n’est laissé au hasard pour mettre le lecteur hors d’haleine.

 

Article Suivant:
Article Précédent:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>