Invitation à l’atelier cocktails au cercle énigmatique du Silencio…

Une amie membre du club, un samedi soir pluvieux et l’envie, telle une enquêtrice, de voir ce qui se passe au Silencio. Quatre étages plus bas, une lumière tamisée et une atmosphère sereine et silencieuce, me voilà à un atelier cocktails…

Les breuvages sont exquis, le petit groupe s’affaire avec les shakers, les spoons et tous les étranges ustensiles… Je bois avec beaucoup d’enthousiasme, saké, liqueurs de suros, cointreau…. Et parsème ma création préférée de pensées.

Finalement, au bout de 3 cocktails, l’atelier s’achève, je suis grisée. Mon amie et moi commençons alors à parler tout en profondeur, entre rire et gravité. Nous discutons ensuite avec une jeune femme au regard énigmatique qui nous dévoile quelques secrets sur le club… L’affaire Dreyfus, ancien cimetière, haut lieu de la résistance… Apparemment, il se passe des choses étranges au Silencio, tant au niveau de l’ésotérisme que du hasard…

Après de nombreux Sakés, présentés par Toshiro Kuroda et en compagnie des chefs Christophe Pele et Inaki Aizpitarte et de délicieuses assiettes de dégustations, un sentiment indéfinissable s’est emparé de moi. Plus rien n’existe autour du Silencio…

En sortant, j’étais heureuse de revenir à la réalité pour regarder les messages de mon téléphone. Hélas, mon téléphone ne s’est jamais rallumé. Un signe ? En rentrant chez moi, mon ordinateur s’est bloqué. Je n’avais plus aucun moyen de communiquer avec l’extérieur… Plus de moyen de connaître l’heure, de discuter avec qui que ce soit…

Finalement, le Silencio m’a contrainte au Silence tout un dimanche.

S.

silencio1

Article Suivant:
Article Précédent:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *