Les belles nuits – éditions du Panthéon

Voilà un ouvrage aussi sombre que le plus serré de tous les cafés italiens. Les belles nuits, écrit par Andy Dolin et publié aux éditions du Panthéon dépeint un conte des temps modernes, aussi dark que profond.

Point de Dolce Vita ni de frivolité pour cette intrigue qui prend racine en Italie, mais un regard sincère et poignant sur l’enfer de la drogue.

Ce livre prend aux tripes et nous embarque dans les méandres de la rue. Une rue cruelle mais où l’on tisse des liens forts rapidement et où l’on risque sa vie à tout instant.

Les belles nuits - éditions du Panthéon

Cette vie de bohème, c’est Julia, 21 ans, qui la mène. Très vite, son récit nous embarque dans son quotidien bohème, tantôt à faire la manche sur un trottoir, tantôt à vivre dans un squat avec une « famille » bienveillante, bien que tourmentée.

Le caractère de cette jeune femme ne manque pas d’aspérité. Idéaliste déchue, elle observe avec cynisme et humanisme, les gens qui passent dans la rue. Ces derniers passent devant elle en l’ignorant, en la snobant ou bien en s’arrêtant pour l’aider. Une grande sensibilité émane de son regard et son extrême finesse d’esprit joue à bien des égards, un rôle important dans sa manière de percevoir les événements.

Hélas, la nuit et la rue l’ont embarqué dans une spirale négative où l’addiction à la drogue fait la loi. En amour, la belle n’a pas eu de chance, elle a été attiré par un homme-bourreau qui la ravitaille de temps à autre…

Un jour, elle fait une rencontre qui va la sortir de la rue, un « prince » charmant qui ignore tout de son passé et qui va l’emmener avec elle dans les dérives de la haute société italienne…

L’avis de Paris Frivole : des poubelles à l’hôtel particulier, des amis en galère aux relations mondaines et superficielles, Julia découvre un luxe étincelant et tente de se frayer un chemin au sein d’une jeunesse dorée impitoyable… Cet opus bouscule les préjugés sur les gens qui vivent à la rue et dresse un portrait écorché-vif d’une âme brisée par la vie et ravagée par la drogue qui tente de s’en sortir… Hélas, les vieux démons ne sont jamais bien loin.

Article Suivant:
Article Précédent:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *