Sortez-moi de là – éditions du Cherche Midi

Re-découvrir Paris grâce au regard frais d’une provinciale qui cultive le goût des choses simples. Telle est la proposition du livre « Sortez-moi de là » de l’auteure à succès Sonia Dagotor, publié aux éditions du Cherche Midi.

L’auteure s’amuse de sa protagoniste, qui au départ pourrait presque se confondre avec une anti-héroïne… Autant vous dire que cet opus manie l’humour avec beaucoup de tact et qu’il se dévore d’une traite.

Sortez-moi de là - éditions du Cherche Midi

Les thématiques abordées sont intéressantes : la relation mère-fille, le deuil vécu comme un renouveau ou encore la vieille-fille qui n’a connu aucun homme dans sa vie…

Madeleine a vécu 35 ans avec sa mère, à Besse, en Auvergne et n’en est jamais sortie. Sa vie n’est en rien ouverte sur le monde pourtant elle ne manque pas de passion à l’intérieur d’elle-même. Un élément déclencheur, de prime abord malheureux, va la sortir de son existence monotone : le décès de sa mère.

Lors des obsèques, tout le village s’émeut. Madeleine est orpheline… Très vite, le notaire entre en contact avec elle et lui apprend qu’elle hérite d’un appartement parisien, un beau 40 mètres carré dans un quartier central et animé… C’est alors qu’elle plie bagage et décide de réinventer sa vie.

Tout l’intérêt de l’intrigue repose sur les interactions d’une jeune femme, qui sort de sa campagne et découvre le monde autour d’elle avec candeur et émerveillement.

Ses relations humaines sont sans filtre, car Madeleine n’a plus de temps à perdre. Elle veut vivre, apprendre, rencontrer du monde et ne recule devant rien pour jouir pleinement de sa liberté.

A Paris, Madeleine s’ouvre aux autres et s’embarque dans des aventures fantaisistes et très joyeuses…

L’avis de Paris Frivole : on a tous un peu de Madeleine en nous car pour vivre à Paris heureux, il faut savoir observer sa ville comme une conquête et non un acquis. Sonia Dagotor nous a délivré à travers ses pages, une magnifique ode au bonheur et à la liberté. Sortez-moi de là est la comédie « feel good » à découvrir cet été. Si Madeleine a vécu 35 ans enfermée dans son village et sa maison familiale, nous, nous avons vécu plusieurs mois confinés. Conclusion, l’humeur est partagée.

Article Suivant:
Article Précédent:
There is 1 comment for this article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *